jeudi 8 décembre 2016

Tarn (octobre 2016) 1ère partie

Une petite cité médiévale tarnaise

 
Monestiés ¤ Mirandol-Bourgnounac (aire de services cc)



Cette balade va nous mener du Tarn, à l'Aveyron, passer dans le Lot et le Cantal puis retourner dans l'Aveyron.

Nous arrivons à MONESTIES, un petit village niché dans son écrin de verdure depuis le Xème siècle. Le stationnement y est très réglementé pour les cc et nous n'avons  d'autre choix que le camping de mi-juin à mi-septembre. Hors cette période, le seul endroit autorisé est le parking devant l'entrée de celui-ci.
Après cela se comprend un peu. A l'intérieur du village, ce n'est même pas la peine d'y songer et je vois mal une trentaine de cc éparpillés de-ci de-là.
Après, le camping vidé de ses estivants nous fait bonne impression et les tarifs affichés restent corrects. Tarif journalier pour 2 personnes : de 9 à 11.60 euros selon que l'on prend l'électricité ou pas, auxquels il faut ajouter 0.22 euros de taxe de séjour.
Le camping est à une centaine de mètres du village.
Un seul hic à mon sens : seulement 22 emplacements pour un village classé parmi les "Plus beaux villages de France".

Capture d'écran (Via Michelin) et localisation du parking et de l'aire de services.
 
 
 
La borne artisanale est hors fonction du 1er décembre au 28 février. Elle a un robinet de chaque côté et se trouve près de l'entrée du camping.
 

Nous mettons nos pas dans ceux des pèlerins de Saint-Jacques de Compostelle pour franchir le pont du XIIème siècle.


Notre balade sera rythmée par un parcours photographique sur le thème des "Œuvres de la Passion". De très belles photos de Jean-François Peiré dont la plupart mettent en valeur quelques-unes des statues de Monestiés.
En effet, dans la chapelle Saint-Jacques, on peut admirer un groupe de 20 statues en pierre calcaire polychrome. Datées du XVème siècle, elles représentent trois scènes de la passion du Christ. 
Nous n'avons visité ni le musée Bajen Vega ni la chapelle par manque de temps, mais les quelques photos de statues vues sur le mur révèlent leur grande beauté.
 






La fontaine du Griffoul - Construite en 1645 au centre du village mais causant des inondations dans les caves, elle a été déplacée en 1808.





L'église Saint-Pierre était déjà mentionnée dans des textes en 936. Elle a été agrandie en 1550 pour accueillir plus de fidèles.




Une croix de chemin - Cette croix médiévale à deux faces sculptées était à l'origine sur un fût.
Pour protéger leurs cultures, les paysans tournaient la Vierge vers les nuages afin d'éloigner l'orage.


Le retable est daté (approximativement) du XVIIIème siècle. L'huile sur toile, au centre, représente "La crucifixion avec la Vierge et Saint-Jean".







Sur la place à couverts du village, se trouvent l'Hôtel de Ville et l'office du tourisme avec le musée Bajen Vega (exposition de peinture espagnole).










La porte et la rue du château



Nous décidons d'emprunter le parcours botanique. Longeant le Cérou, nous traversons le pont de Groc pour arriver devant le camping.
 

Vous les voyez ? A l'intérieur du tronc...

Et là ?









Quelques panneaux rythment la balade et vont parfaire notre culture, en voici quelques-uns :


Pour une lecture plus confortable :
"L'aulne glutineux (Alnus glutinosa)
Anciennement appelé "verne" au Moyen-Âge, l'aulne est un arbre craint : arbre des marais, ses feuilles restent vertes jusqu'à leur chute, son bois jaune devient rouge une fois coupé et il brûle sans fumée. Il n'en faut pas plus pour en faire un arbre diabolique lié aux puissances infernales. Est-ce pour cela qu'il fut utilisé pour la construction des gibets ? Réputé imputrescible et durcissant au contact de l'eau, il fut utilisé pour la construction des pilotis à Venise (avec l'orme) et la confection des sabots. Bien adapté aux berges, il joue un rôle de soutien avec des racines s'étalant sur 3 m de part et d'autre." 


"Le saule blanc (salix alba)
Le saule préfère les milieux humides, l'eau étant essentielle à son bon développement, voilà pourquoi on le retrouve souvent en bordure de rivière. Symbole d'immortalité en Extrême-Orient et arbre de vie au Tibet, le saule est associé au printemps en Chine. Ses branches souples, également appelées osier, sont souvent utilisées en vannerie. Le saule jouit d'un ambassadeur célèbre, Alfred de Musset qui appréciait cet arbre et lui dédia un poème. "Mes chers amis, quand je mourrai, plantez un saule au cimetière. J'aime son feuillage éploré ; la pâleur m'en est douce et chère et son ombre sera légère à la terre où je dormirai." " 


"La Renouée du Japon (Fallopia japonica)
Originaire de l'Est de l'Asie et introduite au XIXème siècle pour sa valeur décorative, la Renouée du Japon a depuis colonisé de nombreux milieux humides. Redoutable envahisseur, elle crée une toxine provoquant la mort des végétaux qui l'entourent. C'est une plante coriace ! Coupée elle repousse toujours ! Pour s'en débarrasser, un seul moyen : arracher les rhizomes sans en laisser un seul fragment qui pourrait régénérer une nouvelle plante." 


"Le fusain d'Europe (Euonymus europaeus)
Ses fruits (très toxiques !) sont de petites capsules roses laissant voir à maturité des graines oranges à rouges brillantes. Leur aspect leur valut le surnom de "bonnets d'évêque". Autrefois, la poudre obtenue à partir de ces capsules était utilisée sur les cheveux et les vêtements pour se débarrasser des poux ; l'enveloppe des graines donnait également une teinture rouge et la décoction des fruits servait à se blondir les cheveux. Son bois était utilisé pour la fabrication des fuseaux de rouets, navettes, aiguilles...carbonisé en vase clos, il donne un charbon de bois ferme, très apprécié par les dessinateurs." 


"Le frêne commun (Fraxinus Excelsior)
Son bois dur, lourd, flexible et non cassant est souvent utilisé dans la fabrication de manches et d'armes, et ce, dès le Néolithique. Dans L'Illiade d'Homère, le javelot d'Achille est en frêne et dans les Métamorphoses, Ovide le nomme "arbre aux javelots". Cette utilisation perdure au Moyen Âge où l'on plante d'ailleurs des frênes près des châteaux forts. Son feuillage est donné en fourrage aux animaux. Le frêne aurait en outre la faculté de repousser les serpents : on peut donc se reposer sans crainte à son ombre ! Ses propriétés "anti-goutteux" et "anti-rhumatismal" lui ont valu le surnom "d'arbre des centenaires". 


Une généreuse clématite




"Le Sureau (Sambucus nigra)
Le sureau est apprécié de l'homme depuis des millénaires. Ces nombreuses vertus thérapeutiques, louées dès l'Antiquité par le célèbre médecin grec Hippocrate, lui ont valu de multiples surnoms : le protecteur du foyer, l'arbre aux fées, le pharmacien de la maison... Avec ce bois, les druides confectionnaient les flûtes servant à converser avec les âmes des disparus. Dans la chrétienté, Judas se serait pendu à une branche de sureau ; depuis ces baies sont petites et flétries par la honte. Une légende raconte que chaque fleur de sureau abrite une fée venue s'y réfugier.  Selon une croyance populaire dormir sous le feuillage d'un sureau donnerait des rêves érotiques. Ses fruits sont comestibles cuits, distillés ou en confiture."


Nous reprenons le cc en direction de MIRANDOL-BOURGNOUNAC (pas très facile à prononcer). Nous en faisons vite, très vite le tour. Nous pensions y passer plus de temps, mais il faut avouer qu'il n'y a pas grand chose question tourisme.

Capture d'écran (Via Michelin) et localisation du parking et de l'aire de services.
 
Par contre, le village peut intéresser quelques camping-caristes, le parking est gratuit, immense et une aire de service est mise à disposition. Il y a aussi une petite supérette sur la place.

A l'angle du hangar : l'aire de services.




Nous reprenons donc notre chemin, en espérant trouver une aire sympathique à Rieupeyroux dans l'Aveyron.














 

 

2 commentaires:

  1. Bonjour,
    Joli petit village. Tu as raison, le camping à ce prix-là, c'est vraiment pas cher. En plus les emplacements semblent très corrects. J'aime bien les pancartes des secrets de la rivière avec les explications sur les différents arbres.

    RépondreSupprimer
  2. J'apprécie toujours de vous suivre dans ces petits villages hors du temps, comme c'est agréable et reposant, j'adore !!!!!!
    Merci pour cette nouvelle découverte ;-)
    Cath

    RépondreSupprimer